AB-horizontal

ROUGE et NOIR au Marseillais: kesako? Un remix du tube des 80's ou du Stendhal version Pagnol...

13'OR NOIR pour le diamant noir. Les collines du Marseillais vont ainsi accueillir, pour tenir compagnie aux bulbes de safran, des arbres truffiers.
Trois essences: des chênes verts car naturellement présents en Provence, des pins d'Alep en soutien à la révolution syrienne (!) et des cèdres de l'Atlas parce que j'aime leur odeur.
Des arbres sélectionnés par un pépiniériste trufficulteur du Lot qui les a fait naître et les a choyés pendant deux ans. Avant de planter ces merveilles, il faut encore défricher la colline et aérer la terre pour créer un univers le plus propice possible au développement du précieux mycélium.
Pour tout cela, bien sur il faut un spécialiste, mon fundi Laurent Dureau de Cab-ânes à truffes m'accompagne dans cette nouvelle aventure.

Une lubie, peut être, mais planter des arbres c'est plutôt sympathique, qui plus est des arbres magiques. Les regarder grandir, comprendre leur fonctionnement énergétique et entrapercevoir l'harmonie qui se met en place entre un arbre et un champignon. L'interaction qui peut donner naissance à des diamants noirs!

Les glands sont prélevés et grandissent sur un substrat stérile ensemencé de spores de truffes Melanosporum, la fameuse truffe noire. Les jeunes arbres sont taillés précocement pour leur donner la forme opportune. Observer leurs branches, s'extasier de la faculté naturelle de l'arbre à trouver le nord magnétique et le regarder se connecter, tel un médium entre le ciel et la terre. Faire pousser des arbres, ça rend mystique...

Cela dit, ce choix implique une surveillance accrue et un travail du sol systématique (grelinette my best friend), une terre aérée et un milieu ouvert.
Trouver des solutions pour récupérer l'eau de pluie, et l'espoir de trouver l'eau souterraine qui doit bien couler quelque part dans cette chère colline. Radiesthésie... et revoilà un petit sursaut de mysticisme.

Rendez-vous dans quelques années pour des cavages félins, oui les cochons, les chiens, les mouches et finalement pourquoi pas les chats. Mao déterre les bulbes de safran, cueille les amandes sur les arbres, pourquoi n'arriverait-il pas à sentir les truffes? J'hésite encore à adopter un marcassin, le Marseillais en est truffé (pardon, j'ai osé), affaire à suivre...